• UEJB

Réaction au meurtre de Sarah Halimi - Communiqué de presse

Une cinquantaine de jeunes Juifs collent dans Bruxelles afin d'alerter sur la multiplication des meurtres antisémites.


Bruxelles, le 28 avril 2021


Ce dimanche 25 avril 2021 une cinquantaine de jeunes Juifs ont répondu à l’appel de l’Union des Étudiants Juifs de Belgique ( UEJB ) afin de tirer la sonnette d’alarme quant à l’accumulation des meurtres et tentatives de meurtres antisémites en Europe et aux États-Unis ces dernières années.


De la Grand-Place au Quartier européen, plusieurs milliers d’affiches aux lettres blanches sur fond noir ont été placardées avec l’inscription suivante : “Depuis le meurtre antisémite de Sarah Halimi, au moins 15 personnes ont été tuées car juives en Europe et aux Etats-Unis”.


Ces 15 personnes sont Mireille Knoll, ayant succombé à Paris en mars 2018 de 11 coups de poignard. Son corps sera retrouvé partiellement carbonisé ; Sylvan Simon, Bernice Simon, Cecil Rosenthal, David Rosenthal, Joyce Fienberg, Richard Gottfried, Rose Mallinger, Jerry Rabinowitz, Daniel Stein, Melvin Wax et Irving Younger assassinés dans une synagogue à Pittsburgh quelques mois plus tard ; Leah Mindel Ferencz et Moshe Deutsch, abattus dans une épicerie casher le 11 décembre 2019 ; et dernièrement : Lory Kaye, tuée elle aussi dans une synagogue le 29 avril dernier.


Ces 15 assassinats perpétrés entre l’homicide de Sarah Halimi et la clôture de la procédure judiciaire font écho à ceux les ayant précédés. D’Ilan Halimi à l’Hyper Casher de Paris, le début du 21e siècle a été émaillé de nombreux meurtres antisémites.


Cette action visait à mettre en lumière la violence avec laquelle l’antisémitisme peut se matérialiser et à invalider les discours aux relents antisémites voulant faire croire que l’inquiétude des communautés juives occidentales face à l’accroissement de la violence antisémite procède d’une stratégie de victimisation. Confirmant nos craintes, nous avons constaté la vandalisation de certaines affiches le lendemain du collage. Les termes “antisémites” et “car juive” ayant été méticuleusement retirés, la phrase qu’on peut désormais lire sur ces affiches est la suivante : “Depuis le meurtre de Sarah Halimi, au moins 15 personnes ont été tuées en Europe et aux Etats-Unis”.


Nous, jeunes Juifs belges, affirmons donc avec vigueur que l’antisémitisme existe toujours, qu’il détruit, qu’il blesse, qu’il tue et que son hyper-présence sur les médias sociaux ne doit pas faire oublier qu’il se manifeste également dans nos rues. Il est de la responsabilité de chacun, citoyens, institutions et politiques de le dénoncer sans relâche et de ne jamais le laisser se tapir dans l’ombre du déni. Il en va de l'intégrité physique des communautés juives, il en va de la dignité de nos démocraties.


Sacha Guttmann, Président de l’UEJB déclare : “C’est avec inquiétude que nous constatons une augmentation de la violence antisémite. L'accumulation de meurtres antisémites de ces vingt dernières années donne le sentiment que nous sommes dans une période de basculement. Les Juifs ne sont pas les seuls touchés par ce phénomène. Faut-il rappeler que lorsque Stephan Balliet, le terroriste néo-nazi ayant perpetré l’attentat de Halle en octobre 2019, échoue à pénétrer dans la synagogue dans laquelle se trouvaient 80 fidèles, il décide de se diriger vers un restaurant turc afin d’abattre l’un de ses clients. Se rassembler contre les discriminations est plus indispensable que jamais car la tâche qui nous incombe est essentielle : faire comprendre à l’ensemble de la société que la dénonciation et la lutte contre les discriminations ne sont jamais des caprices mais bien des nécessités. »


2 vues0 commentaire