top of page
  • UEJB

L'UEJB et la FJM s'indignent de la présence du sigle “SS” sur le Campus du Solbosch

Bruxelles, le 16 décembre 2022





Le vendredi 16 décembre, des membres de l’UEJB et de la FJM ont constaté avec effarement la dégradation d’un slogan féministe sur l’Avenue Paul Héger, afin de laisser apparaître volontairement, en plein centre du Campus du Solbosch de l’Université Libre de Bruxelles, le sigle “SS” ( photo ci-dessous et en pièce jointe). D’après le témoignage de plusieurs étudiants, le symbole serait présent depuis le début de la semaine. Rappelons, si besoin est, que la “SS” était une organisation du régime Nazi chargée notamment de la planification et de l’éxecution du génocide des Juifs et des Roms d’Europe.


Cet épisode s’inscrit dans un contexte de multiplication de ce type d’incidents, qu’ils soient sexistes, antiféministes, homophobes, transphobes, islamophobes, racistes ou antisémites dans nos universités et écoles supérieures.


Par exemple et de façon non-exhaustive, en plus des remarques plus que quotidiennes dont sont victimes les étudiants et étudiantes issus de minorités, des affiches reprenant un slogan suprémaciste blanc ont pu être aperçues sur le Campus du Solbosch fin 2019. En 2021 des stickers d’un parti politique d’extrême droite francophone ont été collés sur des affiches sur le Campus du Solbosch et, toujours en 2021, un Groupe Discord* raciste, antisémite, homophobe et transphobe créé par des représentants facultaires d’une université belge francophone a été signalé anonymement à plusieurs organisations étudiantes dont l’UEJB.


En 2020, à Louvain-la-Neuve cette fois, un groupe Facebook intitulé “Louvain-le-Mec” a fait scandale non seulement par des prises de position racistes avec, notamment, une publication faisant référence au groupuscule « Schild & Vrienden » qui a connu un franc succès, mais aussi par les propos ouvertement sexistes et homophobes qui y étaient exprimés. En 2020 encore, l’EPHEC a sanctionné des étudiants pour propos racistes. Il semblerait que peu d’universités ou d’écoles supérieures soient épargnées par le phénomène.


C’est pourquoi nous appelons les autorités politiques et académiques à prendre la pleine mesure de l’enjeu qui se joue aujourd’hui devant elles. Nos universités ne doivent pas constituer un terreau fertile pour l’extrême droite et ses idées nauséabondes mais leurs premières opposantes. Dans un contexte global d’explosion de l'extrême droite tant sur le plan culturel que sur le plan électoral, la création de cellules destinées à accueillir les signalements d’actes racistes et à instaurer un travail de sensibilisation ainsi que la mise en place par les universités et écoles supérieures de véritables stratégies pour endiguer l’extrême droite sur nos campus constituent d’absolues nécessités.


Sacha Guttmann, co-président de l’UEJB déclare : “Nous avons l’intime conviction que nos universités ne sont pas le problème mais la solution. Mais pour cela, il faut faire des combats contre l’extrême droite et le racisme des priorités. Nous sommes souvent bien reçus par les autorités académiques et par les responsables politiques lorsque nous abordons ces enjeux. Il s’agit maintenant de se mettre véritablement au travail. Je peux leur assurer que la communauté étudiante est prête à les soutenir jusqu’au bout”.



Contact presse

UEJB - Sacha Guttmann sacha.guttmann@uejb.org


*Discord est un média social très utilisé par les jeunes conçu initialement pour les joueurs de jeux vidéo et qui compte 250 millions d’utilisateurs.


11 vues0 commentaire
bottom of page